Jeudi 25 Mai 2017

Les pyramides, ce fabuleux héritage de Kemet

Écrit par Mardi, 18 Février 2014 00:00

"Qui a fait ça et pourquoi ?" dit la voix off dans le documentaire "La révélation des pyramides" produit en 2010 et réalisé par le documentariste français Patrice Pooyard. "Qui a fait ça ?"... la narratrice parle de pyramides qui se trouvent à des dizaines de milliers de kilomètres de distance et qui furent construites à des époques différentes, en Afrique, en Asie et en Amérique. Sachant que ce film a un certain impact médiatique sur la toile et qu'il s'apparente à une bombe lancée dans le petit monde très fermé de l'égyptologie occidentale, la publication de cet article a pour but de resituer, modestement, cette "révélation" dans le contexte global du grand périple de l'humanité.

La famille est le socle et le noyau de toute société et les enfants en sont l’avenir. C’est la raison pour laquelle chaque enfant qui naît est une chance pour chaque nation de repartir à zéro. Pour maintenir une meilleure cohésion sociale et une solidarité fraternelle, et pour bâtir une nation capable de se réinventer et s’adapter aux changements et défis de son époque, le système éducatif africain qui a toujours été une préoccupation communautaire et un maillon essentiel dans la société africaine, doit subir une refonte complète. Plusieurs aspects du système éducatif africain en général et burkinabè en particulier sont à remanier, dont l’aspect motivation qui fait l’objet du présent article.

La diaspora africaine en Occident fait face à de nombreux défis parmi lesquels figure la question de l’équilibre sentimental. La facilité d’établir des relations romantiques ainsi que l’épanouissement au sein des couples constituent bien évidemment des conditions nécessaires à cet équilibre. Cependant, force est de constater que ces conditions ne sont que rarement remplies au sein de cette diaspora. La nécessité de comprendre ce phénomène s’impose car de cela dépend non seulement le bonheur actuel de cette diaspora mais aussi sa capacité à forger un meilleur avenir pour sa descendance.

A la fin de son présent mandat en novembre 2015, Blaise Compaoré aura passé 28 ans comme Président du Faso. Règne trop long ou pas assez, c’est selon. Toutes ces longues années de présence à la tête de l’État ne semblent pas avoir permis au Chef de l’Etat “de boucler la mise en œuvre de ses chantiers” puisqu’il y a de fortes spéculations sur son intention de modifier encore la constitution pour briguer de nouveau la magistrature suprême en fin 2015. Le souffle du pays ainsi que le devenir des Burkinabè sont arrimés à la survie politique d’un seul homme. Dans une telle période d’incertitude, comment pourra-t-on tourner définitivement la page du régime Compaoré pour que le pays abandonne la bifurcation du droit d’un seul homme pour retrouver le chemin de la règle de l’État de droit?

Le débat sur la question du Sénat n’est pas encore clos. Beaucoup espéraient que le Président du Faso après lecture du rapport du comité de suivi, renonce simplement à ce projet qui faut-il le rappeler, divise la nation et menace la paix sociale du pays. Certains avancent qu’en fait, le Président Compaoré et son gouvernement ont opté pour un enterrement en douceur du Sénat. En demandant au gouvernement d’élargir la base de concertation, le Président  sans le dire aurait voulu trouver une porte de sortie honorable pour ne pas perdre la face.

Le mot «democracy» dans le moteur de recherche Google Schoolar produit environ 40 millions de liens que le lecteur pourra consulter. De cette simple expérience de recherche sur Internet, on pourra conclure que si la démocratie était un concept simple, il ne serait peut-être pas nécessaire de consacrer tant d’efforts sur le plan académique pour l'expliquer. En dépit de cette complexité, de nombreux pays se tournent de plus en plus  vers la démocratie. L’organisation de défense des pratiques démocratiques, Freedom House (2012) estime que 117 pays dont le Burkina Faso, ont opté pour la démocratie, entendue comme un moyen de sélection des leaders politiques ou des gouvernements à travers des élections libres et transparentes dans lesquelles tout citoyen adulte peut voter.

Blogs en vedette

InfoLettre

Rester Connecté